Accueil Courtier en crédit Connaitre les courtiers dans l’aisne

Connaitre les courtiers dans l’aisne

0
0
56

candidat et l’ascendant du conseiller, ou l’euphémisation de la souscription du crédit, comme formes sociales de la relation marchande.

 

Mais les transactions de crédit revolving que j’analyse dans la première partie sont aussi, et surtout, le fruit de la construction historique de l’activité. Sinon, comment com-prendre que ces transactions de crédit prennent souvent place à l’intérieur même des ma-gasins influençant leur déroulement ? Dans une seconde partie, je quitte le terrain des transactions de crédit pour contribuer à l’analyse du processus de « marchéisation », c’est-à-dire du développement du crédit à la consommation en tant qu’activité marc-hande lucrative.

 

Ce processus comporte deux temps forts, symbolisés par deux établissements de crédit qui en sont les vecteurs importants. D’abord, dans les années 1950, le développement du crédit à la consommation sous la forme d’un « crédit affecté » à l’équipement des mé-nages, notamment en appareils ménagers, avec comme protagoniste principal Cetelem ; ensuite, dans les années 1980, la montée en puissance d’une des formes de crédit à la consommation, le crédit revolving, dont le fonctionnement et l’usage changent la nature de l’activité. Ici, le protagoniste emblématique est Cofidis.

 

partir des années cinquante, la puissance publique lutte contre les crédits informels soupçonnés d’être onéreux et prend différentes mesures qui donnent un cadre au déve-loppement des opportunités de profits des crédits formels. Je montre alors comment des acteurs économiques (banquiers, industriels, distributeurs, commerçants…) parviennent à construire des intérêts communs, lesquels expliquent à la fois la création des ESC et la forme prise de l’activité. Car la forme de l’activité de crédit à la consommation et son évolution cristallisent ces intérêts économiques communs. Ainsi, je reconstitue la construction de la place particulière attribuée aux commerçants dans l’activité, devenant, un peu malgré eux, les acteurs incontournables du crédit à la consommation, et étant

même rendu financièrement responsable du défaut de paiement de leurs clients. J’ex-plique également les ressorts et conséquences de la transformation de l’activité initiée par Cetelem au début des années soixante-dix : il ne s’agit plus de financer les ventes à crédit, mais d’accompagner les clients attirés une première fois via les commerçants, tout au long de leur carrière d’emprunteur. Les montants des crédits et donc les profits n’en seront que plus importants. C’est le développement du « prêt personnel11 ».

 

Étudier le succès du crédit revolving permet de poursuivre l’analyse de ce marché, car dans les années quatre-vingt dix, un changement radical de philosophie affecte le crédit

 

la consommation, et avec lui la façon de générer du profit. Les caractéristiques du cré-dit revolving ouvrent en effet à un nouvel usage : le crédit à la consommation n’est plus

forcément un crédit « d’investissement pour les ménages », il peut être un crédit de

 

soudure » permettant de « tenir » jusqu’à la prochaine entrée d’argent. Du point de vue des établissements, il renouvelle la façon de concevoir la profitabilité du crédit à la consommation : ce ne sont plus les prêts personnels aux montants importants qui gé-nèrent le plus de profits. Je montre également pourquoi le succès du crédit revolving est venu par un acteur dominé du marché, obligé à prendre des risques pour exister.

 

Si les deux premières parties laissent peu de place à la demande – dans la première par-tie, nous sommes au côté des vendeurs, dans la seconde, la demande est implicitement envisagée comme une construction des offreurs –, dans la troisième partie nous nous interrogeons plus directement sur l’écho rencontré par les différents crédits auprès de la demande, ainsi que sur la façon dont les établissements de crédit « traitent » cette der-nière en fonction de son niveau socioéconomique. Je montre alors qu’on peut faire une

 

 

  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres articles liés
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits par destrumelfi
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits dans Courtier en crédit

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Emprunter sur Soissons

des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…