Accueil Courtier en crédit Aisne, ou trouver un bon courtier

Aisne, ou trouver un bon courtier

0
0
48

Je centre l’analyse sur les seuls ESC ainsi définis5. Ce sont, en effet, les acteurs histo-riques du développement du marché du crédit à la consommation. Dans les années cin-quante, l’activité de financement des achats à crédit n’intéressait pas les banques. L’acti-vité de crédit était tournée vers les entreprises et, concernant les particuliers, l’activité des banques étaient destinées aux clientèles fortunées (De Fouchier, 1989 ; Bonin ; 1992

Lazarus, 2008). Les lois Debré (1966) promouvant la bancarisation des ménages, puis la libéralisation du secteur du secteur bancaire vingt ans plus tard, ont entraîné les banques vers cette activité (Salomon, 1995) qui ne correspondait pourtant pas à la construction historique de leur profession.

 

La seconde raison pour laquelle je consacre ma thèse aux ESC est que le crédit qu’ils ont développé est un crédit socialement désencastré. Contrairement aux crédits de proches, mais aussi aux crédits de banques dans lesquelles les ménages ont domicilié

 

 

Notamment en termes d’exigence différente en fonds propres et l’autorisation ou non d’accepter les dépôts des épargnant Pour être encore plus précise, j’exclus de l’analyse les ESC spécialisés dans le financement des automobiles.

 

leurs comptes, les transactions de crédits des ESC ne s’inscrivent pas dans des liens so-ciaux durables qui pré-existent à la relation de crédit, et, ou qui lui survivront. L’analyse sociologique de ce crédit désencastré est alors un challenge pour la sociologie écono-mique.

 

L’activité de crédit à la consommation, de 1950 à 2005

 

 

La deuxième borne posée est de nature chronologique. On étudie l’activité des « produc-teurs de crédit » à partir des années cinquante jusqu’au milieu des années 2000. Cette périodisation est-elle arbitraire ? Sans doute, au sens où des initiatives non négligeables ont existé avant. Il y a en effet deux façons classiques de retracer cette histoire longue du crédit à la consommation (ces deux façons se sont pas exclusives l’une de l’autre). La première consiste à attacher l’actuel crédit à la consommation aux pratiques « immémo-rielles » de crédit de commerçants (telle que l’ardoise), de proches ou d’institutions cari-tatives ou publiques anciennes (tels que les Monts-de-Piété) (Gelpi, Julien-Labruyère, 1994; Cusin, 1997). La seconde consiste à faire remonter les origines du crédit à la consommation aux initiatives de rationalisation, de formalisation, de l’activité de crédit informelle ou de la vente à crédit des commerçants (Avanza, Laferté, Pénissat, 2006). La « vente à tempérament6 » de la machine à coudre, le crédit proposé par les colpor-teurs permettant l’achat du trousseau, les pratiques « d’ abonnement7 » en cours dans les magasins de meubles (Balaguy, 1996), le crédit des Unions Commerciales8 retiennent ainsi l’attention des auteurs9.

 

« Vente à Tempérament » : aussi appelée crédit « affecté », elle est généralement caractérisée par un crédit amortissable à mensualité constante, et il existe un lien entre le contrat de vente et le contrat de

crédit.

Abonnement : En France, à partir de 1865, Crépin et Dufayel fondateurs d’un magasin de meubles et d’électroménager, systématisent la vente de par « abonnement ». Ces commerçants se font banquiers et proposent à leur clientèle le paiement à crédit au moyen de « bons ». D’autres commerçant

Mais si je place le curseur au début des années cinquante, c’est que j’identifie une confi-guration historique nouvelle qui fait rupture : tout à la fois, des établissements se créent, ils visent à réaliser une activité à échelle industrielle qui devra générer en propre du pro-fit (il ne s’agit pas seulement de viser « la vente à crédit », d’appuyer l’activité de vente de la maison-mère). Ces établissements financent désormais à crédit les « investisse-ments » des ménages et non pas les « fins de mois » (l’ « ardoise »). Enfin, il n’est pas question de lien de confiance pour soutenir cette activité. La conjonction de ces éléments justifie selon moi, qu’on prenne l’année 1950 pour point de départ.

 

La littérature de sciences sociales est très peu fournie sur le sujet des ESC. Jeanne Laza-rus rend compte, parmi ses différents terrains de recherches doctorales, d’observations de ventes de crédits réalisées en ESC (Lazarus, 2009). Laure Lacan a réalisé des obser-vations au sein d’un ESC qui occupe une position très particulière sur le marché (spécia-lisé dans le rachat de crédits10 (Lacan, 2009). François Cusin (Cusin, 2004), quant à lui, compare les dispositifs techniques de captation et de sélection de clientèles des banques et ESC (captation, sélection, fidélisation). Et enfin Danièle Salomon propose une ana-lyse stratégique comparée d’un ESC et d’une banque de façon à expliquer leur adapta-tion aux nouvelles conditions du marché (Salomon, 1995). Toutefois, aucun de ces cher-cheurs n’analyse l’histoire de ces établissements de crédit ou la forme prise par l’activité des ESC. Les travaux en cours de l’historienne Sabine Effosse sont à ma connaissance les seuls qui portent sur l’histoire des ESC. C’est dans ce contexte « littéraire » que s’ins-crivent mes recherches doctorales. Elles proposent plusieurs contributions à une socio-logie économique du crédit à la consommation.

Je commencerai par le moment le plus « désencastré », celui où s’observe in concreto la confrontation entre l’offre et la demande. Dans les établissements de crédit à la consom-

« Rachat de crédits » : Il s’agit de substituer un ou plusieurs crédits déjà existants par un seul et unique crédit, à un taux moins élevé, amortissable sur une durée unique en adéquation avec les reve-nus de l’emprunteur.

mation, la décision d’octroyer ou de refuser un crédit est désormais statistiquement dé-terminée. Des probabilités de défaut de paiement associées à la demande du candidat ont en effet été calculées grâce aux historiques de comportements de paiement des an-ciens clients. La statistique calculée sur de parfaits inconnus est alors le dispositif utilisé par ces entreprises pour pallier l’absence d’encastrement social des transactions marc-handes qu’elles proposent. Pour scorer les demandes de crédit, chaque prêteur a mis en place d’une part des procédures de recueil des informations relatives aux candidats, informations jugées statistiquement prédictives des comportements de paiement, et d’autre part des logiciels de scoring. Le plus souvent, des employés de l’établissement (« conseillers ») font passer un questionnaire, et saisissent les informations que les can-didats leur donnent ; un logiciel les traite et détermine la décision d’octroi. Les procé-dures d’octroi et de vente sont ainsi particulièrement standardisées et rationalisées. Y-a-t-il une place pour le sociologue et l’analyse sociologique dès lors que les relations marchandes sont impersonnelles et que la décision est in fine statistique ? Je pense que oui.

  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres articles liés
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits par destrumelfi
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits dans Courtier en crédit

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Obtenir un prêt dans l’aisne (Soissons et Laon)

Comme par magie, le crédit à la consommation permet aux ménages de financer leurs dépenses…