Accueil Courtier en crédit Financement sur Laon et Soissons

Financement sur Laon et Soissons

0
0
47

Les auteurs montrent que la vente de textile à crédit – cœur de l’activité de ce commerçant dans l’entre-deux-guerres et après – n’est pas une survivance anachronique d’une époque déjà révolue, mais qu’elle prend tout son sens dans le contexte lensois. Une importante communauté de mineurs venus de Pologne s’est implantée dans les corons de Lens ; cette population forme une clientèle fortement « captive » pour les commerçants locaux, et le fonctionnement ethnique de certaines activités économiques explique que dans un contexte national de faible bancarisation des ménages, l’achat de textile à crédit soit développé.

Pour aller plus loin

 

Dès l’origine, dans l’entre-deux-guerres, les transactions de crédit étudiées ne reposent pas sur des réseaux sociaux pré-existants aux échanges économiques entre l’entrepre-neur et ses clients. « L’économie de face-à-face semble initialement tenir moins par l’inter-connaissance née d’une appartenance commune à des cercles restreints à l’é-chelle locale, que par l’identification réciproque de rôles sociaux entre mineurs polo-nais et marchands juifs, reconnaissances nées de socialisations partagées, symé-triques3 ». Puis, une nouvelle période s’amorce après guerre, durant laquelle la recom-mandation et l’inter-connaissance deviennent les moteurs de l’extension de l’activité. Ainsi, les fiches retraçant les dettes des clients ne font pas mention de leur profession ou

 

d’éléments garantissant leur solvabilité, elles font référence à leur adresse et à la per-sonne qui les a recommandés. Les liens sociaux ne « pré-existent » toujours pas ; l’en-castrement social efficace se crée par la relation économique elle-même. La troisième période – les années 1960 – est celle de l’effritement du contrôle social au sein de ces réseaux qui va de pair avec une montée des créances impayées. Le commerçant cherche alors l’appui du côté des institutions publiques. Les clients signent désormais un contrat de location-vente, et l’huissier peut être envoyé en cas d’impayés. De manière plus géné-rale, la recherche montre que la puissance publique a contribué à transformer les pra-tiques plus ou moins informelles de crédits des commerçants. Elle a obligé à séparer le prix du bien acheté de celui du crédit et à exprimer ce dernier sous la forme d’un taux d’intérêt. Elle a créé un cadre juridique à cette activité, et elle a promu la bancarisation de tous les ménages avec le versement obligatoire du salaire sur compte bancaire. Ce faisant, elle a homogénéisé le « produit » de crédit. L’article s’achève par l’évocation de la façon dont une politique publique volontariste place au centre de cette activité l’insti-tution bancaire. « L’identification économique » ainsi produite conjointement par la puissance publique et les institutions bancaires (Carte Bleue, RIB…) remplace la recon-naissance et l’inter-connaissance et garantit les transactions économiques. Elle signe, en même temps que la reconfiguration du commerce local qui lui est contemporaine, le dé-clin de l’activité de vente à crédit.

 

La vente à crédit de commerçants aux particuliers qui périclite et l’action de la puissance publique prenant le relais de l’encastrement social des transactions de crédit, sont l’autre face de ce qui m’intéresse dans l’autonomisation de l’activité de crédit à la consomma-tion. C’est pourquoi je situe mon propre travail dans le prolongement de cette recherche. Travailler sur la façon dont les transactions de crédit deviennent du « crédit pour le cré-dit » commande à la fois le périmètre de ce que je vais étudier et la période sur laquelle je vais faire porter mon analyse.

 

Le périmètre des « producteurs »

 

 

Deux principaux types de producteurs ont développé en France le crédit à la consommation : les établissements spécialisés de crédit (ESC) et les banques généralistes (banques de dépôts). Cette catégorisation n’a plus aujourd’hui la pertinence juridique qu’elle a longtemps revêtue4 : certains ESC ont adopté le statut juridique de banque, d’autres ont été achetés par des banques. Banques et ESC sont dans la thèse envisagés en tant que catégories « pratiques » et non juridiques. Par banques, je désigne les acteurs qui domi-cilient les comptes bancaires des ménages. Par ESC, ceux qui proposent leurs services sans pour autant que leurs clients n’aient domicilié leurs comptes chez eux. En France, les encours – c’est-à-dire le montant total de ce qu’il reste à rembourser – sont équitable-ment partagés entre ces deux types d’acteurs.

  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres articles liés
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits par destrumelfi
  • Rachat de crédit dans l’aisne

    Forte de ces hypothèses, je montre que si les transactions marchandes de crédit sont ordin…
  • Emprunter sur Soissons

    des conseillers qui soumettent les clients potentiels aux questions prédictives de leur co…
  • Meilleur crédits sur Laon

    L’octroi de crédit à la consommation repose sur des critères impersonnels, fondés st…
Charger d'autres écrits dans Courtier en crédit

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Attention au surrendettement

Sous l’ancien droit, la mesure d’exécution sur la personne et celle sur les biens vont coe…